Pour moi, l’ail des ours est assurément « LA » plante du printemps.

Quand je suis encore sur les raquettes, dans la neige aux Saisies, elle commence à pousser dans la plaine près d’Albertville, sur les contreforts du massif des Bauges.

L’ail des ours serait la première plante que les ours mange lorsqu’ils sortent de leur période d’hivernage. Et nous, nous nous régalons aussi de cette plante !

http://viagallica.com/v/img/ail_des_ours_050_%28fleur_en_bouton,_fontaine-au-loup,_2008-04-19%29.jpg

Elle pousse en colonies abondantes dans les sous-bois frais et humides et sur les bords des clairières. On reconnait l’ail des ours à son feuillage, de longue feuille à nervures parallèles, mais surtout à son odeur caractéristique et très prononcée. D’ailleurs on les sent souvent avant de les voir.

Cette odeur est bien pratique lorsqu’on les ramasse

car le feuillage ressemble à celui du muguet qui pousse dans les mêmes secteurs et à la même période mais qui est ttrès toxique. Il faut donc utiliser notre odorat lors de la cueillette afin d’éviter toute confusion.

En cuisine, toute la plante est utilisée : feuilles, boutons floraux, fleurs, bulbes.

Quiches, soupes, gratins, avec une salade, en pesto, les recettes ne manquent pas !

Ce que je préfère, c’est le pesto car l’huile permet à la saveur de l’ail des ours de bien s’exprimer. Dans l’huile, la plante se conserve pendant plusieurs mois au réfrigérateur.

Mariatotal-Pesto d’ail des ours

Recette du pesto d’ail des ours

Il faut environ :

  • 100 gr de feuilles
  • 1 dl d’huile d’olive
  • 20 gr de pignon de pin
  • 5 gr de sel

Écraser au pilon tous les ingrédients puis ajouter l’huile et mélanger. Remplir ensuite les pots en terminant avec un peu d’huile jusqu’au bord afin de ne pas avoir d’air dans le bocal (meilleure conservation).

Vous pouvez garder vos pots plusieurs mois.