La tête qui tourne, les jambes en coton, l’impression d’être attirer par le vide, ce sont des sensations que vous connaissez ?!

Cette peur du vide peut être également appelée acrophobie lorsqu’elle devient une phobie. Elle peut devenir un vrai handicap dans la vie quotidienne. Changer une ampoule devient un calvaire, se tenir sur un balcon s’apparente à une épreuve et ne parlons pas de la  randonnée en montagne avec vos amis, une épreuve telle que vous y renoncer  !

Le vertige, peut survenir même à la simple idée  de se tenir en hauteur.  L’état  d’anxiété provoque une déstabilisation psychique et physique insurmontable pour la personne atteinte de vertige.

Cette phobie entraîne parfois un repli sur soi et des comportements d’évitement.Vous en avez marre de cette peur irrationnelle qui vous bloque ? Alors lisez cet article jusqu’au bout, il n’est jamais trop tard pour changer les choses !

Mon expérience professionnelle et personnelle

Durant ma carrière d’accompagnatrice, ce sont des choses auxquelles mes clients sont parfois confrontés et je les accompagne dans ces moments difficiles. Et quelle joie pour ceux qui, malgré leur vertige réussissent à franchir les montagnes ! Je me dis aujourd’hui que je peux vous faire profiter de mon expérience pour vous aider à franchir certains caps.

D’autant plus que cette peur irrationnelle, je l’ai également vécue. Laissez-moi vous raconter cette histoire qui m’est arrivée en escalade.

« Alors que tout allait bien (ou presque) dans la montée et je me suis retrouvée pétrifiée au sommet de la falaise. En effet, au moment de redescendre, je me suis lancée pour le rappel et là, ma corde, qui devait être coincée dans un rocher ne m’a pas retenue tout de suite. Mon buste est descendu de quelques millimètres (je pense que ce n’était pas plus que quelques millimètres) de plus que ce que j’imaginai. J’ai alors cru que je tombais, un réflexe de survie s’est alors mis en place, je suis remontée tant bien que mal et je me suis accrochée, que dis-je, crispée à la corde. J’ai eu tellement peur que je me suis retrouvée au sommet de cette voie d’escalade complètement bloquée. Je ne pouvais plus rien faire, ni monter, ni descendre, mes jambes ne me supportaient plus et mon cerveau refusait d’obéir.

L’histoire s’est bien terminée, mais il m’a fallu beaucoup de temps avant de pouvoir redescendre, la force de persuasion et les paroles rassurantes de mes amis en bas. »

Le vertige, qu’est-ce ?

Ce mot est un peu ambigu car il désigne à la fois une sensation de peur et de déséquilibre face au vide (on parle alors DU vertige) et des troubles physiologiques de l’équilibre, les étourdissement (on parle alors DES vertiges) dont la cause peut être variée.

Bien évidemment, si vous soufrez de vertige très important, il est recommandé de consulter votre médecin afin de vérifier que vous n’avez pas de problème physiologique.

Une fois que l’on a éliminer les problèmes médicaux, il faut aussi distinguer deux choses.

  • La peur rationnelle, qui est une réaction sainte de survie et nous évite de nous lancer dans des pentes trop raides ou de nous approcher trop près du bord sur une falaises instables. C’est une réaction normale du corps et du mental face à un danger réel. La peur est là pour nous protéger et aussi pour préparer le corps à réagir, à fuir si besoin. Le corps amène plus de sang dans les membres, dans le cerveau pour qu’ils soient prêts à réagir au danger.
  • La peur irrationnelle, qui n’a pas de lien avec le réel danger. Elle est souvent paralysante et peut même être dangereuse en générant des réactions irrationnelles (fuite, fermer les yeux, poser ses pieds sans réfléchir…).

Voici une méthode qui vous aidera à réduire votre appréhension du vide.

Lorsque vous vivez la phobie du vide, la première chose à faire est de s’assoir ou se coucher sur le sol (si cela est possible bien-sûr). Cette démarche demande, au préalable, d’avoir repérer les signes physiques liés à cette angoisse (jambes qui tremblent, sueur, accélération de la respiration, regard qui s’affole ou qui se fige). Plus vous ferez ce travail de reconnaissance et d’observation, plus vous repérerez vite ces signes.

Une fois que vous êtes assis, vous pouvez aussi poser vos main à plat au sol (cela engendre déjà un sentiment de sécurité), portez votre attention sur votre respiration et sentez le va et vient de l’air à travers vos narines. Puis regarder et observer cette émotion en toute neutralité comme si vous étiez à l’extérieur de votre corps, laisser les pensées venir et partir, ne vous accrochez pas à vos pensées.

Cette observation neutre, vous aidera petit à petit accepter cette peur. Comprendre que vous n’êtes pas cette phobie, que vous êtes une personne à part entière et qui ne se défini pas par cela.

Stages de deux jours pour gérer son vertige grâce à la randonnée et au yoga

Durant les stages que je propose (en cours de construction, pour le printemps 2021), nous pratiquerons cet exercice de yoga en situation ainsi que différents pranayamas. Nous observerons comment se comporte notre regard face au vide, nous apprendrons à le fixer sur un point rassurant, nous expérimenterons la pratique de la marche sur crête à deux avec des outils. En salle, les séances de yoga nous travaillerons l’ancrage physique et émotionnel, la conscience du corps, de l’énergie, des émotions et des pensées. Nous verrons comment comment sortir du cercle vicieux et entrer dans le cercle vertueux du dialogue interne.

Ces stages se déroulerons à Beaufort, sur un week-end et en petit groupe de cinq personnes. L’énergie du groupe vous aidera à faire les petits pas nécessaire pour franchir plus tard de nouvelles étapes.

Si vous êtes intéressés par ces stages, vous pouvez m’en faire part en m’écrivant à

contact@sentiers-helene.com